STYLE DE JULES RENARD

Publié le par LAURENCE NOYER

Gout pour la simplicité, la clarté, la sobriété. Son besoin de « faire neuf » l’entraine sur la voie de la préciosité. Les mots sont français, simples, exacts, ou dialecte régional. Utilisation du présent qui donne l’impression du vu plus que du raconté. Le style de Renard n’est pas de composition mais de décomposition, la phrase est dépliée, hachée, décomposée puis ajustée de façon à former des ensembles imprévus et pittoresques. Le point remplace tous les autres signes de ponctuation. Style dépouillé malgré un incessant besoin de créer des images. (Pierre Nardin)

Descriptions minutieuses, pas de fioriture, ni d’effet de style qui nous éloigne du vrai, adroit bijoutier, « style pur comme l’eau est claire, à force de s’user sur les cailloux » (Marc Alpozzo)

Un œil qui bouge à peine, qui ne se précipite pas sur les êtres et les objets, mais qui les attire à lui lentement. Les images volent autour de lui et s’écartèlent et craquent- et des ors éclatent et des cathédrales bondissent. (Ernest La Jeunesse)

Il s’est mis à quatre pattes pour voir le réel de plus près, il s’interdisait d’inventer même un soupçon d’intrigue. Il trace à tout petits traits méticuleux le portrait de la répugnante Mme Lepic, Renard a peint ces cloportes avec la persévérance et la conscience d’une vieille demoiselle qui trace un à un les brins d’herbe de ses aquarelles. Pour lui, l’art c’est précisément de ne pas s’abandonner au mouvement intérieur, de ne pas écouter l’inspiration. C’est l’observation uniquement et la peinture méticuleuse de la réalité extérieure ( Jacques Boulenger)

Ecrire par petits bonds, sur cent sujets qui surgiront à l’improviste, d’émietter pour ainsi dire sa pensée. De la sorte rien n’est forcé, tout a le charme du non voulu, du naturel. On ne provoque pas : on attend. (Jules Renard)

Publié dans style

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article