FORME

Publié le par LAURENCE NOYER

" Son respect de la vie se manifeste encore d'une autre façon. C'est à elle qu'il s'en remettait, non seulement du du sujet, mais des dimensions de ses écrits. Elles lui étaient imposées par cela même qu'il avait vu ou entendu, et qu'il voulait raconter. il a donc été conduit, après le " faux départ" que nous avons constaté, à abandonner les formes traditionnelles: roman, conte, nouvelle. D'abord par les chapitres extrêmement courts de l'Ecornifleur, il abandonnait la forme même du roman. "Ils tirent trois cent pages d'une petite idée" écrivait-il des romanciers. La nouvelle d'une dizaine de pages, à la manière de Maupassant lui déplaira vite. Après celles de Crime de Village, il publiera Sourires pincés, puis ce sera fini."

Commenter cet article