CLARTE

Publié le par LAURENCE NOYER

La correction ne suffit pas. Il est une autre qualité primordiale aux yeux de Jules Renard: la clarté. "On ne doit au lecteur que la clarté". Il y voit la "politesse de l'homme de lettres". Etre clair est d'ailleurs une prudence en même temps qu'une politesse. Il ne faut pas lasser le lecteur si l'on veut être lu. Mais ce n'est pas seulement pour le lecteur, c'est aussi pour soi-même qu'il faut parvenir à la clarté. Car elle n'est pas la plupart du temps spontanée. C'est le travail de l'écrivain de "lutter avec des mots clairs contre l'obscurité de l'idée" de "prendre par le cou l'idée fuyante et lui écraser le nez sur le papier" Ainsi l'écrivain retirera, de cette lutte, un bénéfice. Le style le forcera à préciser ses idées, deviendra le "filtre de sa pensée".
"Ce bouleau tremble-t-il de froid? Est-ce qu'il rêve?" Si l'on se demande à quoi tient l'impression de pureté que donnent ces simples phrases, on se répondra vite, je crois, que c'est pour une grande part, aux mots choisis, triés par l'écrivain. " style pur comme l'eau est claire, à force de travail, à force de s'user, pour ainsi dire sur les cailloux"

Léon Guichard: l'oeuvre et l'âme de Jules Renard

Publié dans style

Commenter cet article