SILENCE

Publié le par LAURENCE NOYER

Le silence aussi laisse libre cours à toutes les interprétations car celui qui ne dit rien, ne livre rien de lui même. "Car Monsieur Lérin ne disait rien et ne laissait rien voir de ce qu'il pouvait penser" son épouse parlait pour deux. "sobre de paroles et réfléchi, il avait épousé une femme étourdie et bavarde". On voit bien où veut nous mener Jules Renard: le mutisme est préférable à une parole désordonnée qui est du bavardage. Ici affleure la personnalité de Jules Renard. Dire soit, mais ne pas trop dire, ne pas tout dire. Parlant de Monsieur Lérin il conclut: "Il prit le parti de ne plus rien dire".
Ne pas parler est un acte, une façon d'être, une réponse fuyante au bavardage incessant de l'épouse. mais ce silence devient "lourd de toutes les craintes" et et engendre des comportements familiaux pour le moins surprenants. "Tranquille enfin, Monsieur Lérin, père et fils engageaient entre eux une véritable partie de silence" Le silence réciproque devient un peu comme le langage: un jeu. Jamais le silence n'a été porté à un tel point de détermination que chez Jules Renard. Ce n'est pas la parole qui devient le propre de l'homme, mais le silence. D'ailleurs le silence est un frein à toute tendresse. "Ils ne se parlaient pas, ne se disaient aucune tendresse".
Extrait de "La vie brisée de Jules Renard" de Julien Molard

Publié dans style

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article