RYTHME 2

Publié le par LAURENCE NOYER

Il arrive souvent qu'une phrase de Renard commence par "et". Cet emploi s'explique tout naturellement par le souci qu'avait Renard de couper fréquemment ses phrases. Où d'autres mettraient une simple virgule, il met un point. Et, tout naturellement, sa phrase commence par la conjonction, destinée d'abord à unir deux propositions, et qui prend alors une valeur nouvelle. Cet "et" peut se trouver dans le corps du récit, dans Canards, par exemple:

"Et le canard la suit..." 

"Et cane et canard..."

"Et le canard entre à son tour"

"Et vite calmée"

Cependant, le plus souvent, c'est la dernière phrase du récit que Renard commence par cet "et", qui sonne alors comme le coup de cloche annonçant la fin. 

"Et c'est insupportable" (Les pigeons)

"Et il engraisse comme une oie" (Le cygne)

"Et je sais presque me taire"  (Une famille d'arbre)

Léon Guichard: l'oeuvre et l'âme de Jules Renard

Publié dans style

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article