MAISON

Publié le par LAURENCE NOYER

Les maisons ne regardent plus dans la rue par leurs portes ouvertes et lumineuses. Toute la clarté sort dans la rue..........................Tempête. Les maisons s'accroupissent, tremblant comme des navires à l'ancre. Les girouettes ne savent plus où tourner..............Des logements si petits qu'on ne peut que s'embrasser ou se battre........................Des petits chalets qu'on pourrait déplacer en mouillant le bout de son doigt...............................................Elles étaient si petites, les maisons de mon village que je revoyais, qu'il me semble que j'allais, du bout du doigt, écrire les lettres de mon nom sur la neige de leurs toits...................La maison qui s'éboule, à peine finie, sous le maçon qui chante encore...............................................Une cabane si petite et si pauvre que le tonnerre même ne tomberait jamais dessus.

J. Renard

Publié dans citation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article