BIGOTE

Publié le par LAURENCE NOYER

H.Debusschère : La Presse, 23 octobre 1909 « La Bigote » « Est-ce pour contribuer à l’apaisement annoncé par les prophètes que le théâtre subventionné de l’Odéon représente la Bigote, pièce anticléricale où M. Jules Renard a mis tout son fiel ? On y revoit la doucereuse et sèche Mme Lepic, de Poil de Carotte et Poil de Carotte lui-même, qui a dû se teindre cheveux, et M. Lepic, plus que jamais malheureux en ménage. Celui-ci est devenu le plus grossier et le plus lourdaud des Homais : il enrage que sa femme et sa fille Henriette aillent à l’église ; il est atteint de la phobie du curé. Un prétendant se présente pour Henriette ; après toutes sortes de façon ridicules, M. Lepic consent, mais signale au jeune homme le péril du curé. Et cela dure, et cela dure… au point que ça devient très ennuyeux ! M. Renard, trop bien à son affaire, ne sait pas se borner. M. Bernard campe avec un naturel parfait le personnage de M. Lepic. Mme Kerwich est une Mme Lepic fort adroite, et Mlle Mellot, une charmante Henriette… »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article