Article publié depuis Overblog et Facebook

Publié le par LAURENCE NOYER

René Barjean : Le Radical : 23 mai 1910, mort de Jules Renard « La mort vient de ravir brutalement aux lettres françaises un de leurs plus probes, de leurs plus patients et de leurs plus originaux ouvriers, Jules Renard, l’auteur de Poil de Carotte, des Histoires naturelles […] Si un écrivain parfait dans son genre est un grand écrivain, Jules Renard était un grand écrivain, car il n’a rien publié qui ne fût marqué au coin de toute la perfection dont il était capable. Observateur profond des gens et des choses, il aimait à les regarder et à les peindre par leurs petits côtés – ces côtés par où on les connaît le pieux, selon un aphorisme célèbre. Le faire de ses tableaux – de ses tableautins, si l’on préfère- rappelle celui des peintres hollandais du dix-huitième siècle. C’est le même amusant réalisme, la même malicieuse minutie. Mais on y trouve, en plus, une mélancolie un peu amère – cette mélancolie qui fait de Poil de Carotte un chef-d’œuvre – et peut-être emporta le robuste écrivain à l’heure où, selon Renan, on vient à peine d’atteindre la majorité de l’esprit. Jules Renard, en effet, n’avait que quarante-six ans, et il était neurasthénique incurablement. Styliste d’une rare ingéniosité, amant passionné de la nature, ému par le spectacle douloureux de la vie des humbles, Jules Renard semblait posséder tous les dons qui font l’artiste complet. Il lui en manquait un cependant, essentiel celui-là ; l’imagination. Son souffle était puissant, mais court. Il le sentait, non sans tristesse, lui qui admirait, au-dessus de tous, Victor Hugo. Il le sentait et il en souffrait, comme il avait souffert de son enfance malheureuse et comme il souffrait des hideurs la bassesse humaine. C’est tout cela peut-être qui l’emporte prématurément, mais non complètement. Quelques pages de Jules Renard – toutes celles de Poil de Carotte entre autres – préserveront son nom des injures de l’oubli et lui valent aujourd’hui les regrets sincères de toutes les âmes artistes. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article