G. de Pawlowski : Comoedia,  6 octobre 1913: Inauguration du monument

Publié le par LAURENCE NOYER

G. de Pawlowski : Comoedia,  6 octobre 1913: Inauguration du monument On a tort de prétendre qu'à notre époque, les mots, idéal et idées sont rides de sens, on les emploie suivant l'esprit du .moment et voilà tout. Il n'est pas rare, en effet, d'entendre : d'excellents Français nous annoncer qu'ils ont une cuisinière idéale et que pour faire
une bonne sauce, elle ajoute une idée de vin. Les femmes elles-mêmes, plus instruites
que jadis, ne sont pas rebelles à l'emploi ,du mot, et chez le couturier,'elles prétendent volontiers que leur jupe serait mieux une idée plus courte. C'est sans doute en vertu du même principe que le gouvernement vient de déléguer un de ses représentants à l'inaugur-
tion du monument Jules Renard. On a répété cent fois que dans l'intimité, Jules Renard était d'un commerce délicieux, ses rares amis ne l'ont pas oublié. On a dit aussi, tous les lettrés le sa- vent, que Jules Renard vivait dans le commerce des grands esprits d'autrefois, qu'il vénérait La Bruyère et Bernardin de Saint- Pierre. Emu par ces déclarations, le gouvernement n'a pas hésité: il a délégué, pour honorer la mémoire de Jules Renard, le
ministre du commerce, et il a cru bien faire. On ne peut en effet tout savoir. Il est vrai que le ministre du Commerce préside aux destinées des postes et des télégraphes, il a des lettres et ces lettres sont presque toujours, elles aussi, affranchies. Ajoutons enfin pour être juste que le sous- secrétaire d'Etat aux Beaux-Arts et le président de la Société des Gens de Lettres ont tout prévu et que pour délaisser le plus grand littérateur de ce temps ils ont trouvé un alibi: Pouvillon. Et ceci, on l'avouera, nous donne un renseignement précieux sur l'idée officielle que se fait aujourd hui des lettres françaises la république athénienne qui nous protège. Une lois de plus grand frère Félix aura été préféré à Poil de Carotte dans l'esprit de Mme Lepic. Tout le monde ne peut pas être orphelin. »

G. de Pawlowski : Comoedia,  6 octobre 1913: Inauguration du monument

Commenter cet article