Article publié depuis Overblog et Facebook

Publié le par LAURENCE NOYER

Henri Ghéon : La Nouvelle Revue Française, 1er juillet 1911 « Histoires Naturelles ». A propos de la musique de Ravel Son don propre, inné, — et il le cultive — est de transmuer en musique les sujets les moins musicaux. Quoi de plus court, de moins mélo- diquement déployé, de plus nu, de plus dénué de résonnance et d'harmoniques que les Histoires Naturelles de Jules Renard. Elles sont là, se suffisant, comme glacées dans l'atmosphère, ne voulant dire que ce que précisément elles disent, n'allant pas au-delà des mots. Quand M. Ravel les saisit, que peut-il faire de plus que d'y noter la juste intonation des syllabes ? C'est peu encore. Vous ne le connaissez pas. Le sujet l'a séduit, il l'évoque à son tour ; de fines ondes concentriques se propagent autour de chaque notation, comme autour d'une pierre qu'on a jeté dans l'eau ; ces phrases hachées, sans contact, un mince filet les relie ; voilà un poème musical et qui à son tour se suffirait presque, si le soutien littéraire venait soudain à lui manquer

Commenter cet article