Article publié depuis Overblog

Publié le par LAURENCE NOYER

Albert Thibaudet : Stock, Histoire de la littérature française « Renard n’a peut-être écrit qu’un seul roman, un chef d’œuvre : l’Ecornifleur, histoire d’un observateur à l’œil clair et dur qui vit en parasite, en explorateur littéraire et en critique social dans une famille bourgeoise ; l’œuf de l’analyse pondu par le génie immanent des lettres françaises, dans une bonne chenille bourgeoise où il se développe, et qui le nourrit sans se détruire. Dans Ragotte et Nos Frères Farouches, ce sont des paysans domestiques et voisins de Renard, à Chitry, qui tiennent la place des Vernet de l’Ecornifleur et qui sont pareillement utilisés, exploités, analysés, décomposés, déchiquetés en une dentelle incroyablement dure et sûre, transparente et légère, d’attitudes, de mots et d’idées. Ce vieux mot écornifleur n’est guère resté dans notre langue parce que La Fontaine l’a appliqué au renard, et le malin le savait bien. Jules Renard est un des plus grands écrivains de son temps, et, comme Courteline, un des rares dont les œuvres complètes tiendront peut-être en bloc. Il a écrit dans son journal le plus étonnant et le plus passionnant procès verbal d’un littérateur qui existe avec le Journal des Goncourt. Ses œuvres d’apparente fiction sont tirées plus ou moins de ce journal, ou tout au moins de son histoire authentique ».

Commenter cet article