Louis Chaigne : « Les Lettres Contemporaines » 1964

Publié le par LAURENCE NOYER

« Un jardinier du pessimisme, Jules Renard…. Il garde une vision noire du monde, un refus des réalités de l’âme, l’ensemble des préjugés des hommes de lettres qu’il fréquentait… l’Ecornifleur, saisissante eau-forte. Caractère plus mordant et plus accablant que ce que les lettres avaient pu présenter jusque-là dans le même ordre et le même registre. Renard renforce, oblitère, surcharge Saint Simon comme Saint Simon écrase La Bruyère… Le journal, il ne corrige ou rectifie en rien les atrocités des romans, il permet de mieux comprendre le fond aimant de ce bourreau-de-soi-même qui s’attacha d’amitié avec un Claudel comme avec un Rostand, un Pottecher et un Bachelin et qui s’attendrissait sur les animaux et les fleurs. »

 

                                  

Commenter cet article