L’Yonne Républicaine, 27 avril 1997 « Des lettres inédites de Jules Renard »

Publié le par LAURENCE NOYER

« Jules Renard, l’écrivain et maire nivernais – disparu en 1910, a traversé le siècle grâce à Poil de Carotte, ce bijou sur l’enfance malheureuse, qui n’a pas pris une ride. Et grâce à un volumineux Journal dans lequel il a noté au jour le jour ses réflexions, trouvailles et impressions, souvent féroces. L’œuvre de Jules Renard, c’est aussi une volumineuse correspondance déjà rassemblée en plusieurs volumes. En voici un nouveau : Les « Lettres Retrouvées » qui viennent de paraître aux éditions du Cherche-midi contribuent à éclairer la personnalité d’un homme auquel on accole généralement les adjectifs de caustique, amer, misanthrope : « Tout le monde ne peut pas être orphelin ». Lettres à Alfred Vallette, fondateur du Mercure de France, à Léon Blum, auquel l’unissait une vive affection, à d’autres écrivains : Tristan Bernard, Maurice Barrès, Pierre Louÿs, dans le cadre, souvent d’envois de livres : lettres à des critiques, à des acteurs, à des tapeurs… Jusqu’à sa mort, Jules Renard explique, congratule, s’épanche, avec délicatesse, sincérité, et humour tout au long de cette correspondance, préfacée et annotée par Jean-François Flamant. Un interessant témoignage, également sur la vie culturelle de l’époque. »

Commenter cet article